Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique XVIIIe -XXIe siècles

Transcultur@

Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique XVIIIe -XXIe siècles

white-star-line-postcardTranscultur@ est un projet de recherche collaborative internationale porté par une équipe franco-brésilienne de spécialistes de sciences humaines et sociales, arts et littérature. Il vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique : une encyclopédie numérique éditée en ligne et en quatre langues (anglais, français, portugais, espagnol), destinée à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre le rôle de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain.

1. Un dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique

Transcultur@ entend mettre en œuvre une histoire culturelle connectée de l’espace atlantique contemporain grâce aux nouvelles possibilités offertes par le support numérique. Mené par des équipes françaises et brésiliennes, en partenariat avec l’Université de Californie – Berkeley1, ce projet réunira un vaste réseau de chercheurs afin d’analyser les relations culturelles entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques dans une perspective interdisciplinaire associant historiens, anthropologues, sociologues, politistes, spécialistes de littérature, arts plastiques, théâtre et cinéma. Conçu au plus près de la recherche, il vise à développer une réflexion sur les circulations transatlantiques et la mondialisation culturelle, mais aussi sur les processus d’identification et les frontières – politiques, linguistiques, culturelles, symboliques – qui ont contribué à l’établissement et au renouvellement de grandes aires culturelles depuis la fin du XVIIIe siècle.
Longtemps pensée dans une perspective nationale, l’histoire culturelle connaît un « tournant transnational » depuis les années 2000 [Gienow-Hecht et Schumacher, 2003 ; Iriye, 2004 ; Tournès, 2011]. Les travaux récents sur les relations culturelles internationales et les différents temps de la mondialisation [Boucheron, 2009 ; Suppo et Lessa, 2012 ; Dulphy et al., 2010 ; Chaubet et Martin, 2011] ont posé les premiers jalons d’une histoire transnationale axée sur l’étude des représentations et des pratiques, des modes de vie et des productions symboliques. C’est dans la perspective de cette « histoire à plusieurs niveaux, comprenant à la fois des aspects régionaux, nationaux et mondiaux » [Lyons et Mollier, 2012], que se situe le projet Transcultur@.

En portant une attention particulière à l’historicité des régimes circulatoires [Hartog, 2003 ; Saunier, 2008] et aux nombreuses inflexions qui interviennent durant la période considérée, comme la massification de l’imprimé au XIXe siècle, la consolidation des cultures de masse au XXe siècle ou encore la globalisation des cultures médiatiques au tournant des XXe et XXIe siècles, le Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique propose de renouveler les grilles d’analyse traditionnelles des objets, des pratiques et des mouvements culturels. Dans l’espace de circulation séculaire que constitue le monde atlantique [Gruzinski, 2004 ; Games, 2006], il s’agira aussi de mettre à l’épreuve une série de notions théoriques telles que « transferts culturels », « histoire croisée », « histoire connectée », « histoire transnationale » ou « aires culturelles » [Subrahmanyam, 1997 ; Ukaegbu, 1998 ; Espagne, 1999 ; Werner et Zimmermann, 2004 ; Iriye et Saunier, 2009]. Les notices du Dictionnaire permettront de développer cette réflexion à partir d’études de cas concrets, enrichies par la mise en ligne de documents d’archives, cartes, statistiques culturelles et timelines.

Transcultur@ souhaite ainsi mettre l’accent sur les phénomènes d’appropriation et de rejet qui ont participé à la création d’un « espace culturel transnational » [Boschetti, 2010], mais aussi à l’élaboration de scènes culturelles nationales en Europe et dans les Amériques durant la période contemporaine. Les travaux sur le modernisme brésilien, cet art « national étranger » [Miceli, 2003] qui fut tout à la fois le reflet des avant-gardes européennes et le fer de lance du nationalisme culturel brésilien, soulignent en effet à quel point il est difficile d’interpréter de manière simple et univoque les circulations culturelles. Car la seule analyse des flux ne saurait suffire à la compréhension des échanges transatlantiques. Si les « cultures voyagent », le déplacement n’est jamais une simple translation ; le mouvement altère les objets, mais il peut aussi être, en lui-même, source de production culturelle [Clifford, 1992 et 1997]. Surtout, la réception constitue un véritable défi interprétatif. En se penchant sur les différents modes d’appropriation des biens culturels, le chercheur entre dans « le domaine des métamorphoses » [Bastide, 1957]. Se

pose alors la question de l’hybridation et des métissages culturels, qui constituent des réalités à part entière et ne peuvent être réduits aux entités de départ dont ils sont le produit [Burke, 2009 ; Canclini, 1997 ; Turgeon et al., 1996]. Le mélange des êtres, des imaginaires et des formes de vie a engendré très tôt, dans le monde atlantique, des objets inédits et inclassables qui préfigurent la globalisation culturelle actuelle. Le premier objectif du Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique est donc de saisir et de restituer cette complexité en intégrant les apports théoriques des différentes disciplines qui se sont penchées sur l’analyse des circulations culturelles et artistiques – l’histoire, l’anthropologie, la sociologie de la culture, mais aussi la littérature comparée, les études cinématographiques et théâtrales, la musicologie ou la géographie culturelle [Jay, 2010 ; França, Lopes, 2010 ; White, 2011 ; Yon, 2008 ; Cook, 2000], tout en développant une démarche empirique fondée sur l’analyse et la mise en commun, à travers la « forme dictionnaire », d’une série de cas concrets.

2. Un outil pour analyser les circulations culturelles et artistiques

Le Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique sera de nature encyclopédique. Il fera le point sur les travaux existants, mais stimulera aussi la recherche dans des domaines encore peu explorés des circulations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. Les résultats de cette entreprise collective seront présentés sous forme de notices analytiques portant sur des savoirs, des pratiques et des objets culturels ayant circulé dans l’espace atlantique ou étant nés des échanges entre les trois continents. Tous les grands domaines des études culturelles seront abordés, sans exclusive : culture visuelle, littérature, musique, spectacle vivant, architecture, sport, religion, savoirs scientifiques, politiques culturelles, éducation, médias, alimentation, voyage, etc. Dans chacun de ces domaines, les notices feront une large part à l’analyse des médiations.

Les acteurs de l’échange seront au centre de la réflexion, qu’ils aient été de simples relais ou de véritables « passeurs culturels » [Bénat Tachot et Gruzinski, 2001 ; O’Phelan et Salazar-Soler, 2005] entre les différents rivages de l’Atlantique. Les migrants – dans l’acception la plus large du terme – feront l’objet d’une attention particulière : les esclaves africains dont le nombre augmente et les origines se diversifient jusqu’à l’abolition de la traite négrière et la fin du commerce illégal [Alencastro, 2000, 2015] ; les Européens qui ont nourri les grandes vagues migratoires du second XIXe et du premier XXe siècle [Mörner, 1992 ; Bergquist, 2009], mais aussi les « Latinos » qui contribuent à l’émergence de nouvelles scènes, formes et identités culturelles en Amérique du Nord depuis le mi-temps du XXe siècle [Cohen et Treguer, 2004 ; Smith, 2006]. Les exilés, chassés de leurs pays pour leurs appartenances religieuses ou leurs convictions politiques, ont également joué un rôle majeur dans les circulations et la définition même des aires culturelles. Ainsi estce à Paris, sous le Second Empire, que la notion même d’Amérique latine a vu le jour, à la veille de l’expédition mexicaine de Napoléon III, dans un microcosme d’intellectuels panlatins auquel appartenaient des exilés chiliens et colombiens. En 1900, c’est au Westminster Hall de Londres que s’est tenue la première Conférence panafricaine. Plus tard, l’essor des totalitarismes, la guerre civile espagnole et la Seconde Guerre mondiale ont poussé de nombreux intellectuels et artistes européens sur la route des Amériques, vers le Mexique, l’Argentine ou le Chili [Compagnon et alii, 2011], mais surtout les États-Unis où des musiciens d’Europe centrale se sont mis au service d’Hollywood et ont exercé une influence durable sur l’identité sonore des films « américains » [Crawford, 2009].

Mais les échanges culturels ne reposent pas uniquement sur les diasporas artistiques et les communautés de migrants – libres ou forcés. La présence de la culture française dans les Amériques qui, exception faite du Canada et de la région caraïbes, n’a jamais été soutenue par d’importants flux migratoires [Luca et Vidal, 2011] tout comme le succès récent d’églises évangéliques latino-américaines en Afrique ne repose en rien sur un déplacement massif d’individus [Kramer, 2003 ; Oro, 2004]. Pour comprendre les circulations culturelles transatlantiques, c’est donc toute la palette des médiateurs culturels qu’il convient de prendre en compte : voyageurs, missionnaires, diplomates, intellectuels et experts internationaux, collectionneurs, éditeurs, producteurs, journalistes ou simples touristes. Transcultur@ étudiera ces différents acteurs en insistant sur la diversité de leurs objectifs et de leurs stratégies (du soft power à l’amour de l’art en passant par les enjeux strictement économiques du négoce culturel) et sur les réseaux culturels qu’ils ont actionné et contribué à construire en retour. À cet égard, les travaux récents sur la circulation transatlantique des imprimés offrent des perspectives intéressantes sur le fonctionnement en réseau des éditeurs au XIXe siècle [Abreu, 2014 ; Cooper-Richet et Mollier, 2012]. De même, la notion de réseaux est au cœur des recherches sur la circulation des savoirs scientifiques et le rôle des grandes fondations philanthropiques américaines en Europe au XXe siècle [Tournès, 2010]. L’un des principaux défis du Dictionnaire d’histoire culturelle sera donc d’identifier les réseaux culturels transatlantiques et d’analyser leurs évolutions depuis la fin du XVIIIe siècle.

Au-delà de l’attention aux acteurs, Transcultur@ se penchera également sur les supports matériels de l’échange culturel qui participe tout aussi pleinement aux dynamiques de circulation. Le Dictionnaire analysera ainsi de multiples vecteurs de la médiation (livres, revues, pièces, films, chansons, programmes télévisés, blogs, etc.) afin, notamment, de mieux évaluer le poids des industries culturelles (pôles de production, réseaux de distribution, etc.) et des politiques publiques (diplomaties culturelles, politiques éducatives, coopérations décentralisées, etc.) dans les circulations transatlantiques. Grâce à l’outil numérique, ces notices pourront être enrichies par une sélection de documents d’archives (sources numérisées et/ou archives audiovisuelles).

Enfin, Transcultur@ accordera une place significative aux zones de contacts, d’affrontement et d’échanges, ainsi qu’aux lieux où se tissent les sociabilités culturelles transnationales. Les villes portuaires jouent ici un rôle essentiel : de Boston à Buenos Aires, de Londres au Cap en passant par New York, la Nouvelle Orléans, Rio de Janeiro, Valparaiso, Liverpool, Lisbonne, Dakar ou Lagos. À ces portes d’entrées s’ajoute le poids de capitales culturelles comme Paris, Berlin ou Los Angeles qui, du fait de leur prestige et de leurs productions culturelles, exercent une forte influence sur le monde atlantique [Salvatore, 2005 ; Charle, 2009]. En poursuivant l’exploration à l’intérieur des villes, des lieux plus précis s’imposent. Les grandes scènes culturelles ont permis la diffusion et la reconnaissance symbolique d’œuvres venues d’ailleurs, à l’image du théâtre Colón de Buenos Aires ou du Carnegie Hall de New York. Les manifestations culturelles internationales doivent également être prises en compte : les expositions universelles de Londres et Paris, dont le principe est repris et démultiplié dans les Amériques à la faveur des centenaires des indépendances (ainsi l’exposition de Philadelphie en 1876 ou celle de Rio en 1922), ont joué un rôle majeur dans la diffusion de nouveaux médias comme le cinéma [Morettin, 2011]. De même, les congrès scientifiques et les festivals internationaux ont fréquemment servi de lieux de rencontre. Au lendemain des indépendances africaines, le Festival mondial des Arts Nègres (Dakar, 1966 ; Lagos, 1977) et le Festival panafricain d’Alger (1969) furent ainsi à l’origine de collaborations inédites entre artistes africains, afro-américains et latinoaméricains [Fléchet et al., 2013].

3. Une nouvelle géographie culturelle de l’espace atlantique

Ces différentes lignes de recherche permettront in fine de proposer un panorama d’ensemble des circulations culturelles dans l’espace atlantique depuis la fin du XVIIIe jusqu’au début du XXIe siècle selon trois axes transversaux.

La première visera à mettre la notion d’histoire atlantique, dont les développements théoriques ont très majoritairement concerné l’époque moderne [Godechot, 1947 ; Bailyn, 2005], à l’épreuve de la contemporainéité. Les révolutions atlantiques, qui conduisent à l’émancipation politique de l’essentiel du continent américain (à l’exception de cas comme le Canada, Cuba ou la Jamaïque qui n’en méritent pas moins de retenir l’attention), resémantisent profondément les relations culturelles euro-américaines au moment précis où se mettent en place les empires européens en Afrique. Un siècle et demi plus tard, les décolonisations africaines transforment de nouveau le cadre politique de cet espace atlantique. Ces conjonctures différenciées pèsent lourdement sur les mécanismes de circulation culturelle et pourraient laisser supposer la déconstruction de toute cohérence dans un espace atlantique mort en même temps que la première génération des empites européens – voire un « impossible regard panoptique sur le monde atlantique » [Vidal, 2012]. L’observation empirique des circulations entre Etats-Unis / Canada, Amérique latine, Europe et Afrique aux XIXe et XXe siècles témoigne toutefois autant des héritages durable de la période coloniale (ainsi en ce qui concerne les circulations entre Afrique et Amérique latine au sein de l’Atlantique Sud) que de la vigueur des circulations culturelles et invite, sans pour autant céder à une forme d’essentialisme considérant l’Atlantique comme l’océan intérieur d’une civilisation occidentale monolithique [Armitage, 2002], à élaborer une nouvelle définition de l’espace atlantique dans l’histoire contemporaine en insistant sur sa pluralité et sa polyphonie [Burke, 2010] – Atlantique noir, Atlantique Sud, espace eurolatino-américain, carrefour caribéen, etc. [Gilroy, 1993 et 2010 ; Alencastro, 2015 ; Guerra, 2002 ; Dubesset, 2014].

Intimement liée au premier, le deuxième axe de réflexion sous-tendant le Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique aura pour objectif de rompre avec les approches traditionnelles des relations culturelles en termes de centres et de périphéries. En effet, on ne saurait réduire les circulations culturelles transatlantiques aux seuls flux existant du Nord (l’Europe et les Etats-Unis) vers le Sud (l’Afrique, l’Amérique latine et les Caraïbes). De nombreux travaux récents ont mis en lumière la complexité d’échanges multidirectionnels qui enjoignent la communauté scientifique d’en construire une histoire « à parts égales » [Bertrand, 2011], depuis les danses américaines qui s’imposent dans les cabarets parisiens de l’entre-deux-guerres [Jacotot, 2013] jusqu’aux musiques d’Amérique latine inondant les espaces sonores des Etats-Unis et d’Europe tout au long du XXe siècle [Storm Roberts, 2009 ; Fléchet, 2013] en passant par les circulations intellectuelles entre les « Suds » latino-américain et africain [Oro, 2004 ; Devés Valdés, 2003 et 2005 ; Capone, 2010]. Faire la part de cette réversibilité des échanges et des multiples phénomènes d’allers et retours entre « les quatre parties de l’Atlantique » ne devra cependant pas faire oublier l’existence d’incontestables hégémonies économiques et culturelles qui, avec la consolidation des cultures de masse à partir du milieu de XXe siècle, placent les Etats-Unis dans une position de force et apparaissent comme un facteur clé de l’américanisation de l’espace atlantique [Ory, 2007 ; Tota, 2000 et 2014 ; Rinke, 2013]. De même, l’intervention des Etats dans la définition de politiques culturelles – par exemple au cours de la montée des périls dans l’entre-deuxguerres [Pernet, 2007 ; Gobbel, 2009] ou encore dans le contexte de la Guerre froide où le soft power de la diplomatie culturelle gagne partout en intensité [Spielmann, 2000 ; Calendra et Franco, 2012 ; Niño Rodríguez et Montero, 2012] – constituent un prisme essentiel pour comprendre la géographie culturelle de l’espace atlantique entre la fin du XVIIIe et le début du XXIe siècle, auquel l’équipe internationale de Transcultur@ conférera une place de choix. Enfin, ces réflexions inviteront à choisir avec soin les concepts utilisés pour penser et décrire les échanges culturels transatlantiques : aux vieilles notions d’ « influence », de « rayonnement » ou de « modèle », chargées de déterminismes [Compagnon, 2009], se substitueront celles de « transfert », « flux », « réseau » ou « circulation » [Bock, 2004] – à la fois plus neutres, plus malléables et plus à même de rendre compte de la multipolarité des échanges.

Le troisième axe de réflexion transversal sera d’ordre diachronique et visera à penser la chronologie des circulations culturelles transatlantiques entre la fin du XVIIIe et le début du XXIe siècle. Il s’agira d’une part, dans une perspective globale, d’identifier ruptures et continuités dans le temps long de ces deux siècles, de mettre en lumière les diverses séquences d’intensification des circulations, en lien étroit avec une histoire des techniques (histoire des transports, histoire des cultures de masse et des cultures médiatiques) et avec l’histoire des relations internationales (ainsi la Première Guerre mondiale comme moment de profonde reconfiguration des relations culturelles transtlantiques et de relative « provincialisation de l’Europe » [Compagnon, 2013 ; Rinke, 2015]), et d’analyser l’évolution des polarités culturelles dans l’espace atlantique jusqu’aux évolutions les plus récentes. Mais il conviendra aussi, d’autre part, d’articuler cette chronologie bâtie à l’échelle atlantique avec celle des multiples espaces de production et de réception qui constituent cet espace. Ce jeu d’échelles entre le local et le global permettra d’élaborer une timeline susceptible de restituer à la fois la spécificité des expériences nationales et l’inscription de celles-ci dans des dynamiques d’histoire globale.

4. L’apport des humanités numériques

Si le constat selon lequel les sciences humaines et sociales sont entrées dans l’ère numérique n’est plus à faire, le projet de créer une communauté qui repense en profondeur ses pratiques renvoie à des enjeux fondamentaux pour la recherche [Schnapp, 2008 ; Doueihi, 2011 ; Rieffel, 2014 : Rooney et Weed, 2014]. Champ fécond, pourvoyeur d’outils qui ont profondément maximisé la maîtrise bibliographique, renouvelé la pratique des sources, des fonds d’archives constitués par le biais de la numérisation et du libre accès, les humanités numériques ont ouvert de nouveaux chantiers de recherche et postulé de nouvelles pratiques collaboratives [Le Deuff, 2014]. Ce tournant épistémologique confronte également les chercheurs à la question des limites de leur capacité d’investigation et à la prise en main de nouveaux outils [Delalande et Vincent, 2011 ; Rygiel, 2011].

C’est à ces différents défis que souhaite également répondre Transcultur@ en explorant les nouvelles possibilités offertes par le numérique pour mesurer, cartographier et analyser les circulations culturelles. Les apports des humanités numériques apparaissent essentiels à quatre niveaux au moins : la création de corpus et de bases de données (par exemple sur les producteurs et les médiateurs culturels, les parcours de migrants ou les logiques diasporiques) ; le traitement et la mise en valeur des sources (notamment pour les sources audiovisuelles) ; la cartographie des flux et des réseaux culturels [Velut, 2004 ; Pinol, 2011] ; la construction de timelines interactives.

La réalisation du Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique permettra de mettre en œuvre ces nouveaux outils et de les mettre au service d’un projet collaboratif de recherche – pensé lui aussi à l’échelle transatlantique. Fruit de la collaboration entre chercheurs américains, européens et africains, le Dictionnaire sera publié en ligne et en quatre langues (anglais, espagnol, français, portugais). Le support numérique permettra de créer un système raisonné de liens entre les grandes rubriques thématiques et chacune des notices d’une part, les différentes séquences chronologiques considérées d’autre part, les espaces géographiques enfin. La conjonction de ces trois arborescences (thématique – temporelle – spatiale) pourra donner lieu à des lectures de nature diverse : depuis une entrée par pays (quid de Cuba dans les logiques de circulation culturelle transatlantique depuis la fin du XVIIIe siècle ?) jusqu’à une entrée par période (que signifie la « Belle Époque » à l’échelle atlantique ?) en passant par une multiplicités d’entrée thématiques par grandes rubriques (littérature, savoirs scientifiques, religion, sports, musique, théâtre, etc.) ensuite déclinées au travers de notices détaillées (jazz, football, telenovelas, etc.). L’outil numérique permettra également de construire des statistiques culturelles et de cartes pour mesurer les flux et analyser les réseaux transatlantiques et de mettre en ligne des sources de nature diverse.

La réalisation de ce projet ambitieux repose sur la mise en commun de données grâce à l’outil numérique. L’accessibilité et la pérennité des données, ainsi que la mise en place d’une technologie innovante, constitueront un apport fondamental pour la recherche sur les circulations culturelles au même titre que l’ont été la On Line Encyclopedia of Mass Violence (http://www.massviolence.org) dans le domaine de l’histoire des génocides et des massacres, L’encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française (www.ameriquefrancaise.org) pour l’histoire du Canada, la New Georgia Encyclopedia (www.georgiaencyclopedia.org) pour l’histoire du Sud des Etats-Unis ou le site European Memories of Gulag (http://museum.gulagmemories.eu) sur l’histoire concentrationnaire en Union soviétique. Il convient toutefois de souligner que l’articulation des trois niveaux de lecture thématique – temporel – spatial constituera une innovation majeure proposée parTranscultur@.

Sur le plan technique, le projet Transcultur@ sera mené grâce à l’appui de la Très Grande Infrastructure de Recherche Huma-Num. À l’issue des premiers échanges, une solution technique regroupant quatre bases de données a été envisagée :

• une édition électronique des entrées (notices analytiques et références bibliographiques) avec un système de balisage et un classement thématiques associant plusieurs arborescences (édition XML).

• une base de gestion électronique de documents, qui réunira les supports associés aux entrées et grandes rubriques du Dictionnaire : archives numérisées, iconographie, documents audiovisuels, etc.

• un système d’information géographique, qui rassemblera des données sur les différentes époques et espaces considérés : cartes politiques des pays, plan des villes, localisation des principaux espaces culturels (salles de spectacles, musées, etc.).

• une base de données quantitative permettra de mesurer et de visualiser des flux culturels (migrations artistiques, traductions, tournées, etc.), qui seront ensuite interconnectés dans l’espace (SIG) et reliés aux notices du Dictionnaire afférentes. Alliant analyse quantitative, étude qualitative et information géographique, la visualisation des flux culturels dans l’espace atlantique constituera l’aspect technique le plus innovant de la plateforme de recherche.

Ce système sera développé en France par un ingénieur d’études, recruté sur 24 mois pour le développement de l’outil informatique et l’archivage pérenne des données. Le web design sera réalisé au Brésil avec l’appui de la FAPESP. Transcultur@ sera accueilli sur la grille de service Huma-Num, qui prévoit une coopération technique sur le traitement et l’interopérabilité des données, un hébergement et la maintenance du site, ainsi que l’archivage à long terme des données. L’outil informatique permettra également de développer une approche évolutive (actualisations périodiques) et de mettre en place (à travers une série de filtres) des interactions entre les chercheurs et les lecteurs-internautes. Transcultur@ PRCI ANR FAPESP 2015


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *